Le temps passe... mais les valeurs restent.

Paufy a pour nom d’origine occitane : « pey » qui signifie une « colline un peu élevée » s’identifiant ainsi au rapport avec la nature comme toute la culture occitane.


Le tènement (terme de féodalité désignant une métairie dépendante d’une seigneurie) de Paufy est mentionné en 1470.


En 1666, Pierre de BESSINES, chirurgien ordinaire du Roi Louis XIV, achète à des bourgeois de Paris la « métairie de Paufy » au moyen d’une vente faite « à la criée » au Châtelet, pour 2 500 livres. Il la lègue à son neveu Jean TEYSSENDIER, docteur en médecine « médecin ordinaire du Roi » avec « les maisons, lieux, terres et héritages situés aux lieux appelés Paufy, Mortoire et La Fouillouze » pour un prix estimé à 3000 livres.

Par la suite, le domaine de Paufy revient, par héritage, à la famille de Michel de MONTAIGNE, Seigneurs du Comté de Montpon. Paufy est ensuite transmis au fils ainé de la famille, Nicolas de BASCHARETIE de BEAUPUY, qui fut Maire de Mussidan et Sénateur. Le Sénateur BEAUPUY meurt à Paufy en 1802. Il est enterré dans l’église de Saint Géry, après que les habitants de Mussidan et ceux de Saint Géry se soient disputés son corps. Son fils meurt célibataire en 1835, éteignant ainsi la descendance de BEAUPUY.

Paufy a alors été revendue au cours des 19ème et début 20ème siècle à de nombreux bourgeois : notaires, pharmaciens, médecins, industriels disposant de fermiers pour l’exploitation du domaine. Des bois de haute futaie sont coupés au fil des ans pour subvenir aux charges. La maison de Laborie de Paufy est démolie en 1943. La chartreuse du domaine est laissée à l’abandon puis démolie en 2 temps dans les années 1950 et 1960.


En 1968, Marcel DELRIEUX, agriculteur originaire de La Double acquiert le Domaine de Paufy lequel est depuis resté dans la même famille. C’est aujourd'hui la 4ème génération qui l’exploite et y vit.